L'instabilité aux States - Bilan.

4/23/2017



Je suis à la veille d'un - énième- nouveau chapitre dans ma vie. En effet, je quitte le van après deux mois d'essai pour me retrouver dans un environnement plus simple et plus sollicitant, comme je vous en ai parlé dans un de mes précédents articles. En effet, j'intègre une colocation avec 33 autres personnes.
Je suis censée faire mes cartons, mais au lieu de ça, j'ai décidé d'écrire cet article après une sieste longue de 4 heures. Oui, parfois -souvent- il m'arrive aussi de procrastiner.
C'est avec une certaine nostalgie que je profite de cette probablement dernière nuit dans mon bon vieux van pour faire un bilan sur ces 18 mois aux Etats Unis. Et god, il s'en est passé des choses, et ce à tous les niveaux. Mais aujourd'hui, j'ai décidé de m'amuser à récapituler les nombreux lieux où j'ai vécu "au long terme" depuis que j'ai foulé le sol américain.
Si je regarde en arrière, je n'ai jamais vécu très longtemps dans un même endroit. Le plus long doit être environ 1an et demi. En 10ans depuis mon envol du nid familial, j'ai apparemment vécu dans pas moins de 12 lieux, sans compter mes divers instants de vadrouille. Dont 6 d'entre eux ici, aux USA. 
J'aime investir un lieu, le personnaliser, le façonner jusqu'à m'y sentir bien. Puis je m'ennuie. J'ai besoin d'aller de l'avant, me lancer de nouveaux défis, découvrir d'autres choses. Alors je quitte tout et recommence autre part. Ca a longtemps été pour fuir mes propres démons. Maintenant, c'est juste par besoin d'évolution perpétuelle. Je ne supporte pas de stagner, trainer des pattes, sentir que je n'ai pas évolué ne serait ce qu'un peu depuis la veille.
Je me suis donc dit qu'écrire un petit récapitulatif des lieux où j'ai vécu était une chouette idée pour éviter de faire mes cartons, alors allons y!

Podshare - Los Angeles
Podshare, c'est une chaîne d'auberges de jeunesse basée à Los Angeles. La location où je suis restée comportait environ 24 personnes, dans la même pièce, sans la moindre possibilité de réelle intimité, excepté dans l'une des deux salles de bain.
J'y suis resté 3 mois lorsque j'avais prévu de n'y rester que 3jours initialement.
Faut dire que je n'avais pas choisi d'y tomber amoureuse d'un mignon petit américain et de ce mode de vie. C'était très enrichissant pour rencontrer des gens de tous horizons. C'était assez désagréable en ce qui concerne la découverte du mignon petit américain. Parce que comme spécifié plus haut, l'intimité n'était pas vraiment au rendez vous. Je me suis pourtant marié sur un rond point juste devant cette fameuse auberge, j'y ai appris l'anglais, j'y ai crié, pleuré, ri. J'y ai rencontré des personnes qui sont désormais très chères à mon coeur. Et puis je suis partie (non parce que bon, commencer une vie de couple dans un lit au milieu de 22 autres personnes, c'est chiant).

Penthouse - Los Angeles
Je suis donc passée en un éclair de ce logement de fortune à un appartement incroyable. En effet, nous vivions dans un loft de 3 étages en plein coeur de Downtown Los Angeles, avec Jacuzzi sur la terrasse et piscine sur le toit. Il est important de mentionner le sublime mur en brique auquel je voue un amour inconditionnel. Sauf qu'il y a toujours une couille dans le potage comme on dit, et la cohabitation avec les colocs s'est avéré être un vrai cauchemar. Je pense que je vivais mal le choc des cultures, ma vie française me manquait, et je n'avais pas encore réalisé comme mon ego intoxiquait toutes mes relations sociales. Alors je faisais une montagne de chaque épreuve et ne portais attention qu'aux mauvais côtés. Les deux partis étaient de mauvaise foi, on a donc déménagé, au bout de 3 mois là encore.

604 - Los Angeles
On a donc investi les lieux d'un appartement bien plus modeste mais toujours dans le voisinage. Le carrelage était particulièrement laid (au moins autant que le canapé qu'ils ont acheté pour foutre en plein milieu de la pièce principale) mais on était sûr qu'on serait heureux là bas. La cohabitation avec notre coloc s'est avéré être un véritable cauchemar et nous avons été dans l'obligation de lui montrer la porte après 3 mois de descente aux enfers. Elle est partie sans son chat, bien entendu. Une fois seuls, on s'est lancé à coeur perdu dans la décoration de cet appartement, qui était devenu particulièrement coquet. Sauf qu'un road trip inattendu nous attendait, alors on a tout rangé dans des cartons et on a dit au revoir à ces jolis souvenirs. J'ai clairement été heureuse à certains moments dans cet endroit aux jolies fenêtres. C'est toutefois où j'ai pris conscience que je commençais à craindre l'extérieur, moi d'un naturel si sociable.

La cafarderie - Austin
Après ce fameux road trip, je suis arrivée à Austin, pour commencer un nouveau chapitre de ma vie, et ai passé quelques temps (wait, is that three months again?!) dans un appartement aux circonstances particulières. Trouvé sur Airbnb, on s'est fait arnaqué par les locataires avec lesquelles on avait sympathisé. Puis le coloc, en bon américain, n'avait absolument pas la même notion de l'autre que moi, petite française. En effet, il vivait de la même manière que s'il était seul dans l'appartement: faisait hurler ses jeux vidéos à toute heure du jour ou de la nuit, passait des semaines dans le canapé, ne nettoyait jamais derrière lui et j'en passe. Cet appartement était bien évidemment un repère à cafards. J'y suis restée 3 mois là encore (et je ne fais même pas exprès).

Le van - Austin
Comme je l'ai expliqué dans cette vidéo, j'ai passé 2mois dans un van. Ca m'a beaucoup aidé, j'ai apprécié cette expérience, mais après un certain moment, j'avais besoin d'autre chose, du aux circonstances globales: ma vie personnelle et l'endroit où j'étais garée étant les principales. J'ai donc pris la soudaine décision de déménager, encore.

Macro House - Austin
Je vis désormais dans une maison de 34 personnes que j'avais pris l'habitude de visiter régulièrement. J'ai ma propre chambre, mon intimité, des interactions sociales diverses et variées (tous mes colocs ont une identité bien distincte et j'apprend beaucoup d'eux), un voisinage agréable (y a des vegan food trucks à walking distance). J'ai emménagé il y a seulement quelques jours et je sais que j'ai pris la bonne décision pour le moment. Ca m'aide à reprendre du poil de la bête, commencer un énième nouveau chapitre dans ma vie, et on verra de quoi j'aurai envie après, et quand. Me connaissant, je déménagerai sûrement dans un poignée de mois, dans un univers complètement différent, encore.

Bilan
J'ai beaucoup appris de ces différentes expériences sur ce qui me fait du bien et me fait avancer et ce qui, au contraire, me fait stagner et me met mal à l'aise. J'ai besoin, pour le moment, d'être entourée de plein de gens, tout en ayant ma propre intimité. Je vis assez mal le fait d'être à huis clos avec peu de personnes, et la colocation classique m'angoisse particulièrement. Je pense réinvestir dans un van à l'avenir, mais pour dévorer les routes et non pas juste en tant que lieu de vie. J'apprécie la campagne comme une étape apaisante et non pas comme un environnement à long terme. Je me plais beaucoup à Austin pour le moment mais ne pense pas vouloir y rester trop longtemps. Je suis frustrée de mon expérience à Los Angeles et souhaiterai peut être y retrouver ce que j'y ai tant aimé au début.


Entre deux articles, vous pouvez me retrouver



You Might Also Like

3 commentaires

  1. Quelle superbe expérience
    Ca doit être cool mais effrayant à la fois
    Je ne sais pas si je supporterais les collocations, de tout type qu'elles soient d'ailleurs
    J'ai tellement besoin de ma solitude, je me demande souvent comment la trouver en colloc
    Surtout que la seule que j'ai fais dans ma vie m'a fait perdre une amie ahah
    Mais bon, je crois que si j'étais aux USA à parcourir le monde, je le vivrais forcément différemment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprend tellement! J'avoue que c'est pour ça que je suis vraiment bien là où je suis à présent. Ma chambre perso me donne toute l'intimité dont j'ai besoin et je n'ai qu'à ouvrir ma porte lorsque je souhaite des interactions sociales!
      Mais je comprend, la colocation est loin d'être évidente... :)
      Merci pour le partage de ton expérience et point de vue!
      Passe une bonne journée! :D

      Supprimer
  2. Je suis tellement ravie d'être tombée sur ton blog rien qu'en lisant tes expériences niveau coloc, je ne savais même pas que c'était possible d'être en colocation avec autant de personnes ! Je ne sais pas si j'en serais capable, c'est vrai que ça doit être difficile, mais en même temps j'aimerais vraiment tester l'expérience dans ma vie, dans ce genre de coloc immense qui permet d'être entourée de pleins de personnes différentes ça doit être si enrichissant ! Par contre c'est vrai qu'une coloc classique, avec 1, 2 ou 3 personnes seulement ne m'attire pas vraiment.

    à très bientôt,

    Lison
    http://plumaline.blogspot.fr

    RépondreSupprimer

Merci pour ce petit mot !

Like us on Facebook

Instagram