Elections aux Etats Unis, comment ça se passe ?

11/11/2016



Les dernières élections sont dans toutes les bouches, et personne n'a pu passer à côté (ou alors, j'envie énormément cette personne). Elles sont révoltantes et indignantes, et nombre de pro Trump/fachos/whatever vous sortiront la carte du "de quoi tu te plains, c'est le choix des américains". Alors non, cet argument n'est pas valide, et je vais vous expliquer en quoi (afin, qu'ensemble, on puisse rabattre le caquet de ces boloss). 

Je me suis dit qu'il était important de partager avec vous mes petites connaissances en la matière, car, étant loin d'avoir mon badge d'experte, je serai ravie de vous apporter quelques compléments d'information. Et puis mon thread sur le sujet a plu sur Twitter, j'ai donc cru comprendre qu'il y avait un public intéressé. J'ai probablement fait des erreurs, et ai été maladroite sur certaines formulations. Vous êtes les bienvenu-e-s si vous voulez m'en informer, dans le respect et la bonne humeur. Tout commentaire stupide et facho sera accueilli dans un rire sournois et plein de jugement.
Je ne suis pas impartiale et refuse de prétendre que je le suis.

Vous êtes prêt-e-s ? Allons y.

Commençons par le commencement : il y a deux partis principaux, les Républicains (les relous plein de pognon) et les Démocrates (les moins relous). Il y a aussi des partis indépendants, mais ce n'est pas le sujet.

Chaque américain est attaché à un bureau de vote dans l'Etat où il vit, après avoir fait les démarches nécessaires. (jusqu'ici, tout va bien)
Les élections se déroulent un mardi (non férié) pour des raisons aujourd'hui absolument obsolètes. Il est compliqué ou impossible de demander à pouvoir s'éclipser pour bon nombre de travailleurs. Les bureaux de vote sont tenus par des volontaires (excepté le responsable du bureau qui n'est pas ou peu en contact direct avec les votants), qui ont pour ainsi dire tout pouvoir. En effet, encore en 2016, on se retrouve avec des témoignages de personnes racisées expliquant qu'elles se sont vues demander illégalement des pièces d'identité supplémentaires et des hommes cis blancs offrir des passe droits le plus naturellement du monde sous prétexte qu'ils "ont l'air pressé". Il est important de préciser que si vous "faites du grabuge" vous pouvez vous faire exclure du bureau et ne pas être en capacité de voter. On m'a aussi rapporté que certaines personnes s'étaient vu voter pour Trump parce que l'écran de leur machine a bugué. Et j'ai entendu parlé de quelques (je n'ai absolument pas de nombres) asiatiques d'un certain âge qui, se sentant redevables pour une quelconque raison qui m'échappe parce que je suis loin d'être impartiale auprès des Républicains s'est retrouvée dans l'obligation morale de voter pour le candidat du parti.
Il y a une idée collective qui dit que vous ne pouvez pas voter si vous avez été en prison. Bien que véridique dans certains cas, elle ne s'applique cependant pas à tou-te-s les condamné-e-s, et beaucoup de concerné-e-s se retrouvent dans l'ignorance quand à leur capacité de faire entendre leur voix. 

Je pense qu'il est aussi important de prendre en considération le fait que la culture américaine est bien différente de la française au niveau de la conscience du fait que notre voix compte. En France, on se battra plus spontanément pour nos droits, monter des initiatives collectives et gueuler. Surtout gueuler. Aux Etats Unis, il y a cette idée que tu ne changeras pas les choses, quoi que tu fasses, et qu'il ne faut surtout pas que tu foutes la merde.
En Amérique, on est plus à même de donner son vote à une personne qu'à un programme (qui, quand à lui, arrive au second plan). On soutient ou on boycott facilement une carrière, un physique, un Etat d'origine, une famille, etc. Hillary a, par exemple, subit un boycott de personnes refusant de voter pour un membre de la famille Clinton.
*ça ne signifie pas du tout que l'on retrouvera ces caractéristiques dans le comportement de tout individu étant élevé dans une même culture, qu'on se le dise. Tout dépend de pleins de choses, dont l'environnement social, les gènes, etc, mais là n'est pas le sujet*


Ensuite, il y a le système de Collège Electoral, qui est une élection au Suffrage Universel Indirect.
Il y a 538 Grands Electeurs, répartis de façon proportionnelle parmi les Etats.
Le président n'est pas élu par le peuple, mais par les Grands Electeurs.
Chaque Etat se voit attribuer autant de grands électeurs qu'il possède de représentants et de sénateurs au Congrès.
Chacun a généralement 2 Sénateurs, et le nombre de représentants dépend du pourcentage d'américains vivant dans l'Etat en question (dans les grosses lignes, si *chiffre fictif* la Californie accueille 10% de la population américaine, elle se verra attribuer 10% du total des représentants). Le nombre de Grands Electeurs attribués aux Etats évolue au fil des élections.
Restons sur l'exemple de la Californie.
La Californie a 55 Grands Electeurs : 2 Sénateurs, et 53 Représentants.
Les votants votent pour le candidat qu'ils veulent élire, mais ce sont les Grands Electeurs qui voteront (le 19 décembre pour ces élections) en suivant généralement la décision des votants.
Leurs voix seront donc ajoutées aux 270 nécessaires au candidat vainqueur pour gagner l'élection.
Qu'un candidat ait 90% ou 51% ne changera pas le nombre de Grands Electeurs qui voteront pour lui. 
Il y a quelques Etats clés car ayant un grand nombre de grands Electeurs. C'est pour ça qu'on a tous commencé à tremblé quand il a gagné la Floride.
C'est donc comme ça qu'il est possible de gagner le vote populaire mais de perdre l'élection.
Et c'est donc comme ça que Trump a gagné, et non pas en étant élu par la majorité.

Après un simple calcul pas forcément parfaitement juste parce que j'ai probablement oublié quelques données secondaires, il s'avèrerait que seulement 18,76% de la population Américaine ait voté pour Trump (et 25,5% de la population inscrite sur les listes électorales).
Alors oui, c'est beaucoup, et c'est effrayant. Mais on est bien loin de la réalité de ses supporteurs qui se croient appartenir à une majorité écrasante. 

Comme j'ai pu te l'expliquer plus haut, le vote des Grands Electeurs se fera le 19 Décembre, ce qui rendra l'élection officielle. Mais il y a une infime chance que l'on puisse les faire changer d'avis, en signant tous ensemble cette pétition, parce que ça nous concerne tous. 

J'espère que cet article vous aura été utile, on se retrouve bientôt pour quelque chose qui n'aura peut être rien à voir. 


Entre deux articles, vous pouvez me retrouver



You Might Also Like

1 commentaires

  1. Une analyse très intéressante. Merci pour ces explications.

    RépondreSupprimer

Merci pour ce petit mot !

Like us on Facebook

Instagram