Et s'il y avait plusieurs façons d'aimer ?

3/22/2015


Depuis toujours, de générations en générations, on se transmet solennellement un mode de vie, on nous inculque que notre but ultime devrait être de trouver la bonne personne. Vous savez celle qui aura toutes les qualités que vous cherchez, et dont les défauts seraient adorables, puis vous vous devez de vous lier à il-elle autour de projets communs et d'enfin vous accoupler afin de fonder une famille, et de pouvoir à votre tour transmettre ce mode de vie. Vous seriez créé pour ça, et uniquement pour ça. (Bon, aussi pour trouver un boulot afin de nourrir cette famille, mais ça, c'est un autre débat) 
SCOOP : Et si nous n'avions pas besoin de trouver la-le prince-sse charmant-e pour être épanoui-e ? Et si l'accomplissement personnel ne passait pas forcément par le fait de s'unir entièrement à une autre personne ?
La monogamie convient à une partie d'entre nous, c'est évident. Beaucoup s'y retrouvent et sont épanouis dans ce type de relations, et je ne compte absolument pas remettre ça en cause. Ce qui m'interpelle, c'est qu'il y a l'autre partie de la population, celle a qui l'exclusivité ne convient pas et qui se tracasse, souvent dans l'ombre, en recherche d'identité sentimentale/sexuelle. Heureusement, il y a des alternatives, comme vous vous en doutez peut être.


Le Polyamour, qu'est ce que c'est ?
Le Polyamour, c'est le concept d'amours multiples, réunissant les différentes pratiques de relations amoureuses avec de multiples partenairesL'idéal du polyamour est une relation sentimentale assumée avec plusieurs partenaires simultanément, indépendamment ou non. Cet idéal implique de chercher à être en accord avec soi-même sans tabous et de remettre en question le dogme de la monogamie traditionnelleLes francophones parlent plus facilement d'amour libre ou de non-exclusivité, termes qui représentent imparfaitement la philosophie polyamour qui se distingue du couple échangiste, libertin ou infidèle et qui ajoute des notions de responsabilité et de croissance personnelle et l'idée d'aimer plus, sans se limiter à n'aimer physiquement qu'une seule personne. Ainsi, le polyamour n'implique pas nécessairement une dimension purement sexuelle. De plus la franchise sur l'existence d'autres partenaires est primordiale. Dans une relation monogame habituelle, les règles sont tacites, dans une relation polyamoureuse on définit simplement et explicitement des règles différentes, établies ensemble, ce qui implique que la communication ait une place importante dans la relation. "Dans un couple polyamoureux, il faut parler parler parler, il n'y a que ça. Connaître ses limites et celles de l'autre. Si on a un doute sur une situation nouvelle, on pose la question avant à son partenaire si possible, pas après.", Maria.
Les relations polyamoureuses supposent autant d'implication de soi, sinon plus que dans n'importe quelle relation traditionnelle. 
"L'amour, à la différence de l'argent, n'est pas quantifiable. Ce n'est pas parce qu'on en donne à quelqu'un que l'on en a moins pour l'autre.", Clarisse*.


Okay, mais en pratique, qu'est ce que ça donne ?
Tout d'abord, c'est important de travailler sur soi avant de se lancer dans ce genre de relations/mode de vie, afin que ni vous ni vos partenaires ne souffriez. Il est primordial d'apprendre à être sincère avec soi même et avec l'autre, d'intellectualiser toutes ses émotions, afin de les vivre le plus sereinement possible, de faire le tri dans ce que la société a encastré de force dans nos adorables petits crânes à nos dépends et ce qui nous correspond vraiment, affirmer nos choix, clairement. 
Vous êtes jaloux, possessif ? Rassurez vous, ça se travaille. Vous avez sûrement déjà, alors que vous étiez en couple, eu du désir pour une tierce personne, ou des sentiments incontrôlés. Non, vous n'êtes pas une affreuse personne égoïste. Vous êtes juste humain. On ne contrôle heureusement pas ses émotions (même si on peut facilement apprendre à les gérer), et ressentir des choses pour quelqu'un d'autre n'a certainement rien enlevé aux sentiments que vous aviez pour votre compagnon. Vous avez juste, au pire, été envahi de culpabilité . Et ça, c'est chiant. C'est pas positif, ça fait tourner en rond, et sur soi même, souvent. ("de la Culpabilité au Polyamour, ce que je crois") Si vous avez pu être attiré par quelqu'un d'autre que votre partenaire officiel, que ce soit sexuellement ou sentimentalement, tout en ne dégradant pas vos liens avec lui. Alors pourquoi ne pourrait il pas être dans le même processus, lui aussi ? La jalousie n'est pas le problème, la jalousie est le symptôme du problème; que ce soit un manque de confiance en vous, ou en l'amour que l'autre vous porte. Identifiez et travaillez sur le problème de fond et tout ira beaucoup mieux. Pour gommer la jalousie dans une relation, il est important de faire en sorte que l'autre se sente en sécurité, important, et aimé. Réfléchissez à ça et soyez acteur du contrôle de votre jalousie. (pleins d'astuces pour faire disparaître sa jalousie >> " Comment ne plus être jaloux ")
"Ce n'est pas dramatique de ressentir de la jalouse, il faut au contraire l'accepter et ne pas la refouler. Il faut se poser, analyser pourquoi on ressent ça, ne pas foncer tête baissée, au risque d'être blessant. Les mots ont un pouvoir formidable, autant les utiliser pour le bien !", Maria.
Le Polyamour, selon moi, c'est surtout se délester de toute la pression et toutes les attentes souvent trop pesantes que l'on met sur son couple et qui a tendance a le détruire à petit feu. Il permet de ne voir sa relation avec l'autre que comme une case de sa vie, et non plus un but absolu. "Être polyamoureux, c'est accepter que l'autre ne nous appartient pas, et réciproquement", Maria*.
C'est une manière entièrement différente de vivre et penser les relations que l'on peut développer avec les autres, c'est une acceptation du simple fait qu'une seule personne ne peut et ne doit pas être contrainte à combler tous vos désirs ou besoins. Cette façon d'aimer concrétise la même logique qu'avoir plusieur-e-s ami-e-s, et les aimer chacun-e à leur juste valeur, souvent pour des raisons différentes et incomparables.
"Je vis mes relations complètement différemment et n'ai pas les mêmes attentes de mes compagnes. Je pense que ce qui fait que ça marche aussi bien entre nous, c'est qu'elles soient aussi différentes et complémentaires, en plus du fait qu'elles soient aussi proches.", Marion*. 




Et si ni le Polyamour ni l'exclusivité ne sont faits pour moi ?
Il y a évidemment d'autres alternatives, en fonction de vos besoins. S'ils sont purement charnels, vous avez certainement du entendre parler des pratiques sexuelles incluant d'autres personnes au sein ou non de votre couple. 

Dans les alternatives qui s'offrent à vous, on retrouve l'échangisme (pratique sexuelle qui consiste pour plusieurs couples à échanger temporairement leur partenaire, durant un rapport), le candaulisme (pratique sexuelle dans laquelle un des membres du couple ressent une excitation en exposant son-sa compagne-on à d'autres partenaires. Par extension, on parle aussi de candaulisme lorsque des rapports sexuels ont lieu entre une femme-un homme et un ou plusieurs hommes ou femmes, devant le regard consentant et demandeur du partenaire officiel de celle-celui-ci) qui impliquent d'autres partenaires sexuels au sein du couple, le libertinage (qui ouvre les compagnons aux autres partenaires, mais dans une dimension purement sexuelle.)
Il est évident qu'il n'y a pas de cases prédéfinies et que l'important n'est pas de donner un nom à la façon d'arriver à votre épanouissement, mais d'y arriver, tout simplement.

Une relation monogame peut, à mon sens, évoluer en fonction des besoins des partenaires. Il est important d'être ouvert, de communiquer et d'être à l'écoute de l'autre. Si vous en ressentez le besoin, c'est important d'en parler à votre partenaire, doucement, en y ayant déjà assez réfléchi pour avoir un discours cohérent et rassurant. "Nous partageons la conviction qu'il est préférable d'être transparents, plutôt que de souffrir d'une monogamie qui ne nous conviendrait pas totalement.", Mathieu. 


"Je pense qu'à partir du moment où une relation exclusive ne nous convient pas, c'est à nous de créer nos propres règles, plutôt que de "subir" parce que c'est dans la norme.", Marine.

*les personnes citées sont actuellement ou ont été dans des relations polyamoureuses ou libres.

You Might Also Like

3 commentaires

  1. J'ai adoré cet article, ça fait du bien de lire des points de vus qui sont différents, de montrer et de parler de ces différentes façons d'aimer.

    Merci Flavie !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis monogamme à 100%. Plus par le fait que je tombe réellement amoureuse tous les 50ans... Mais ça m'est arrivé 1 fois de vouloir être en couple avec une personne de plus. Bref, je m'égare de ce que je voulais dire. Beaucoup sont fixés sur cette norme et je ne comprend pas. Quand on a plusieurs enfants, on les aimes tous. On a plus d'affinité avec l'un de, un petit favoritisme quelques fois mais on les aimes tous, qu'on en a 2 ou 7! On a plusieurs amis aussi, qu'on aime tous. Alors pourquoi ne pas avoir plusieurs Amours en même temps. Je me souviens de quand j'étais gosse, j'avais ma lapine et celle de ma soeur. J'aimais les deux, et j'en étais revenus à me dire que j'en aimais aucune car je ne pouvais pas aimer les deux à la fois. Voilà. On m'avais imposer la norme, et je ne comprenais pas encore tout ça. On avait 1 Amour, on avait 1 lapin favori, 1 cheval favori. Tout par 1. En grandissant j'ai compris (heureusement), et même si j'avais des moment complice par periode plus avec l'une que l'autre, je les aimais fort fort. Et je peux comprendre le polyamour. =)

    RépondreSupprimer

Merci pour ce petit mot !

Like us on Facebook

Instagram