Mon végétarisme & moi.

10/28/2014



Cela fait maintenant quelques mois que cet article me trotte dans la tête, et que je réfléchis à comment vous parler de ce mode de vie si important pour moi désormais, en tentant de vous informer le plus possible, sans pour autant me permettre d'émettre le moindre jugement de valeur, le but n'étant absolument pas de blâmer les uns ou les autres, mais d'informer ceux qui le veulent bien.
Parfois, sur le trajet qui me ramène chez moi, après un petit verre en ville, je pense à des tournures de phrases, des arguments, ou des informations à ne pas oublier. Bref, je crois que c'est le premier article qui me tient autant à coeur, je vais donc prendre le temps d'en faire quelque chose d'assez satisfaisant pour moi, afin de pouvoir peut être, à mon échelle, aiguiller certains d'entre vous vers un mode de vie qui pourrait éventuellement plus vous correspondre. 


1. Pourquoi ?
Tout d'abord, commençons par le commencement : le végétarisme, c'est exclure la consommation de chair animale de son alimentation. 
Devenir végétarien, ça ne se fait pas en un jour. C'est, à l'origine, une microscopique idée qui, peu à peu, germe dans un cerveau déjà conditionné à ne pas trop craindre le changement et l'évolution, puis qui finit par devenir une réelle évidence. 
Devenir végétarien, ce n'est pas avoir la prétention de vouloir changer le monde, juste prendre la décision d'arrêter de cautionner certaines choses, de croire et de défendre ses valeurs et ses idées. 

J'ai pu constater qu'il y a trois grosses raisons qui peuvent mener à cette décision :

* mieux manger, contrôler ce qui entre dans son assiette.
La majorité d'entre nous commence à prendre plus ou moins conscience de l'état actuel des choses ainsi que de la piètre qualité de la viande proposée au grand public. Savez vous, par exemple, que plus de 50% des médicaments consommés dans le monde le sont par les animaux que l'homme ingère ?
Il est d'ailleurs évident que nous vivons dans un pays qui consomme beaucoup trop de viande pour les "besoins" humains (si tant est que l'humain ait besoin d'ingérer de la viande...). En moyenne, un français mange 88kg de viande par an. 
Or, la surconsommation de viande rouge a pour effet d'augmenter les risques de cancers (colon, prostate, intestin, rectum), hypercolésterolémie, hypertension, maladies cardio-vasculaires, diabète, altération des fonctions cognitives, polyarthrite rhumatoïde, et j'en passe.

* l'écologie.
Le 19 Août de cette année, nous avons officiellement épuisé toutes les ressources naturelles de l'année en cours, et ça ne va pas en s'améliorant. Ecologiquement, on fonce à pleine vitesse dans un mur, et l'impact va faire très mal. 
L'industrie agro alimentaire est un gigantesque gouffre écologique qu'il serait important de réduire, étant donnée la situation actuelle.
Savez vous que pour produire 1kg de viande de boeuf, il faut utiliser pas moins de 15 400L d'eau (contre seulement 290L pour 1kg de pommes de terre) ? 

* la cause animale.
Aujourd'hui, l'éthique passe après les intérêts économiques. 
Les conditions d'élevage, de transport et d'abattage, souvent méconnues du grand public, sont pour la grande majorité plus qu'inacceptables et les associations de lutte pour la défense des droits des animaux se heurtent sans cesse à des géants financiers qui méprisent le bien être animal et dupent les consommateurs.
Sans vouloir m'étendre sur les atrocités qu'engendre la surconsommation animale (mais sur lesquelles je vous invite à vous pencher), sachez qu'aucune espèce n'est épargnée, du poussin haché vivant, au porc mutilé, en passant par la vache souvent encore consciente lorsqu'on l'égorge. 
Mais toutes ces pratiques ne sont finalement effectuées que dans un but : satisfaire le consommateur qui en demande toujours plus, en payant moins. Donc il est nécessaire d'être conscient qu'en ingérant de la viande, on cautionne et alimente ce réseau.
Devenir végétarien, c'est décider de ne plus cautionner l'industrie de la souffrance, au même titre qu'un militant pour une cause qu'il semble juste.




2. Comment ?
* information VS désinformation
Lorsque vous commencerez à vous informer sur le végétarisme et ce qu'il implique, vous lirez tout et son contraire. Puis peu à peu, vous réussirez à lire entre les lignes, faire le tri entre "info" et "intox", en recoupant les informations. Les lobbies ont le don d'être partout, et vous lirez bien des âneries. Sachez qu'en règle générale, les végétariens vivent très bien, tant qu'ils font attention à leur alimentation... 
Je peux néanmoins vous aiguiller vers Le discours de Gary Yourofsky qui saura sûrement être une bonne entrée en matière concernant l'information animale.
Non, le végétarien n'est pas un vilain extrémiste qui vous étranglera avec votre boudin noir. Le végétarien, il est comme tout le monde, il a ses défauts et ses qualités. Parfois, il est calme et respectueux, et parfois c'est un pauvre con qui crie fort. Le végétarien ne vit pas de cette façon pour vous faire chier. Non, il fait ça pour lui, pour être en accord avec lui même et ses valeurs, pour défendre une cause qu'il juge noble, tout simplement. Et ce n'est pas parce qu'il n'est pas comme vous qu'il est moins bien. 

* expérimentation & curiosité
Vous constaterez qu'il existe énormément de substituts à la viande, qui sont, pour la plupart, absolument délicieux, mais loin d'être nécessaires. (Je vous ferais d'ailleurs un article récapitulatif sur ceux que j'ai pu tester et approuver ou non !). Désolée de vous décevoir, mais non, les végétariens ne mangent pas que de la salade ! (j'ai d'ailleurs manger de bons burgers et une super pizza, rien que cette semaine...) Le net regorge de recettes toutes plus appétissantes les unes que les autres (je vous en donnerai sûrement quelques unes par ici). 
Pour les budgets serrés, souvenez vous que ce qui coûte le plus cher, c'est bien la viande, et que l'ôter de votre caddie vous permettra de vous faire plaisir dans bien d'autres rayons !




* expérience personnelle
_ Aussi loin que remontent mes souvenirs, j'ai toujours adoré les animaux. Sauf qu'en parallèle, je les ai aussi toujours mangé. Je prenais beaucoup de plaisir à interagir avec bon nombre d'animaux, puis le soir, je retrouvais leurs congénères dans mon assiette, assaisonnés à point, et ce sans réaliser ce que ça impliquait. Lorsque je mordais à pleine dent dans ma tranche de jambon, je n'avais absolument pas conscience de la vie que j'avais fait ôter pour donner un peu de goût à mes pâtes blanches affreusement fades. J'avais payé 2€ pour que de parfaits inconnus maltraitent, tuent, dépècent un animal dans d'atroces conditions. Pour mon simple confort.  
Savez vous que rien que pour la consommation de viande, 1060milliards d'animaux sont tués par an dans le monde (1000milliards d'animaux marins et 60milliards d'animaux terrestres)
Je sais que je suis absolument incapable de tuer un animal et j'ai voulu arrêter de payer des gens pour qu'ils le fassent pour moi. 
Trop longtemps, j'ai vécu avec de gigantesques oeillères, qui m'empêchaient d'évoluer dans la direction que j'aspirais à prendre, et en stoppant ma consommation de viande, j'ai enfin arrêté de cautionner certaines choses et j'ai fait un pas de plus sur le chemin que j'ai choisi.
_ Il arrive que le goût de certaines viandes me manquent, je ne vais pas vous mentir. Mais dans ces cas là, je mets ça sur une balance, et je me souviens que pour moi, la vie est bien plus importante que le confort d'un burger bien gras. Ainsi, l'envie passe aussitôt.
_ Lors de mes repas en extérieur, j'ai pris la décision de ne pas imposer mon mode de vie aux autres. Je demande juste que la viande préparée ne soit pas mélangée à l'accompagnement, histoire que je puisse tout de même me nourrir. Certains insistent pour s'adapter et se lancent le défi d'un repas entièrement végétarien, d'autres non. Tout me va, du moment que l'on ne me glisse pas de cadavre dans mon plat.
_ Je tente aussi au maximum d'éviter les marques qui testent sur les animaux, et j'essaye de prendre le réflexe de me renseigner à ce sujet avant de valider une commande. 
_ Lorsque j'ai fait mes premiers pas dans le végétarisme, j'ai décidé de faire les choses doucement, d'écouter mon corps et ses limites, afin que la transition se fasse au mieux. J'ai donc retiré la viande de mon alimentation petit à petit, et n'ai réalisé mon végétarisme que quelques semaines plus tard. Les premiers temps, j'avoue avoir eu d'interminables douleurs aigus au ventre, dues à l'adaptation de mon corps à cette nouvelle alimentation, selon mon médecin. Par contre, ce n'est que mon expérience personnelle et ce n'est en aucun cas à prendre pour acquis. 
_ J'entends souvent des végétaliens clamer que le végétarisme est hypocrite, étant donné que la consommation de dérivés animaux engendre les mêmes conséquences que la viande. Dans un sens, c'est vrai. C'est d'ailleurs ce pourquoi j'aspire à adopter un mode de vie végétalien quand je sentirai que la transition ne sera pas trop compliquée pour moi. En effet, nous sommes actuellement dans une société où consommer autrement est un vrai parcours du combattant. Lorsque manger au restaurant s'avère être un réel plaisir pour un omnivore, le végétarien devra essuyer bien des échecs avant de trouver un endroit "satisfaisant" (même si bien souvent, il devra se contenter de penne au fromage...). De plus, je pense ne pas être encore assez calée sur les mystères des carences alimentaires pour me permettre de passer au végétalisme. Néanmoins, j'essaye de privilégier les laits végétaux, les pâtes sans oeufs, et ce genre de choses.  
Mais n'est il pas préférable de faire un peu (beaucoup ?) que ne rien faire du tout ? 
_ Je n'ai absolument pas pour but de convaincre tous les omnivores que je croise. Je ne suis personne pour prendre des décisions à la place d'autrui. Je suis par contre ravie de pouvoir donner mon point de vue sur le sujet lorsque l'on me le demande (si toutefois ça engage une réelle discussion et non deux monologues entrecroisés). LovaLova étant devenu végétarien (de son propre chef) depuis peu, nous ne cuisinons plus de viande à nos invités, mais jusqu'ici, personne ne s'est encore plaint, bien au contraire (pour la petite anecdote, ma mère venue nous rendre visite cette semaine, a même adoré le choix de nourriture végétarienne et bio qu'offrait Horizon Vert et a fait un plein chez eux) !



Puis entre deux articles, retrouvez moi sur
Instagram ♡ Twitter ♡ Facebook ♡ Pinterest ♡ Tumblr

You Might Also Like

21 commentaires

  1. J'ai un immense pavé à publier bientôt à ce propos (à la différence que moi, je ne suis pas encore végétarienne mais je ne doute pas le devenir dans les mois à venir). J'ai beaucoup aimé ton article, il est très juste et n'émet aucun jugement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de lire ce que tu as à en dire alors :)
      Merci, je suis ravie que le ton soit compris, j'avais un peu peur des réactions.. :)

      Supprimer
  2. Je trouve cet article vraiment bien écrit et de plus tu mentionnes toutes les petites choses auxquels je pense souvent ... par exemple lorsquon se sent un peu le cul entre deux chaises: oui les omnivores ont souvent peur de nous ou pour nous qu'ils disent ... qu'on aurait des carences. Il parait.
    Et puis après , considérant qu'on a fait ce grand pas tout de meme vers la cause animale, on est rejeté par nos confreres vegan... oui soit disant on serait hypocrites ?
    Il y a un moment il faut aussi faire avec la difference des autres et voilà apprécier un repas ou chacun mangerait selon ses envies. Meme si c'est vrai que les premiers mois tu y penses constamment à cette difference et du coup tu regardes ds les assiettes des autres avec "debout" je pourrais dire ? ou tristesse. Mais voilà, peace and love de plus en plus d'omnivores comprennent notre cause , bien quils ne la suivent pas (oui oui weird hein, mais en meme temps tout commence par l'ouverture d'esprit) donc il faudrait juste ne pas se sentir si different et puis vivre son végétarisme comme on le sent.
    bref voilà un gros pavé pour toi !
    Bisous coucou

    Lorna
    http://lornasharp.blogspot.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. degout* pas debout bien sur hein (bon a part si tu veux te lever haha)

      Supprimer
    2. je suis tout à fait d'accord, le respect de son prochain dans sa globalité me semble nécessaire pour avancer plus sereinement, aussi bien individuellement qu'en tant que communauté. :) L'écoute et la patience, sont, à mon sens, de bonnes clés pour arriver peu à peu à cet idéal. :)

      Supprimer
  3. ton article est vraiment génial, je pourrais m’étendre sur le sujet pendant des heures mais je me contenterais juste de dire que je suis d'accord avec toi sur absolument tout tes points; je trouve ça tellement dommage et frustrant que notre pays ne soit pas du tout ouvert à notre mode de vie (contrairement à l'Angleterre par exemple, ou 99% des restaurants ont AU MOINS un plat végétarien au menu, et ou la plupart des supermarchés on un rayon entier de substituts végétariens absolument merveilleux, exit les biocoop hors de prix)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je suis ravie qu'il plaise et soit compris. Je rêve de resto végé, et dire enfin adieu aux penne 3 fromages, et l'Angleterre a l'air tellement sublime pour ça, comme tu le dis ! :)

      Supprimer
  4. Merci pour ton super article :)
    Je vois tellement la différence entre la france et Amsterdam par exemple en terme de proposition de plats vegé. En france c'était le parcours du combattant pour pouvoir manger le moindre plat ( sauf un sorbet peut-être oO), j'ai meme eu des difficultés pour qu'on enleve le jambon d'une salade car "cela est trop compliqué". Alors qu'a Amsterdam rare sont les resto sans au moins un plat végétarien !

    merci pour cet article :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est malheureux, en France, pour être tranquille et ne pas avoir l'impression de "déranger" on devrait presque simuler une allergie...
      Mais mon optimisme me pousse à espérer que ça tende vers le mieux dans les années à venir.

      Supprimer
  5. Merci pour ce bel article!
    Personnellement ça va bientôt faire 3 semaines que j'ai sauté le pas et que j'ai retiré la viande de mon alimentation et j'en suis très contente, j'ai l'impression d'avoir enfin accordé mes idéaux avec ma façon d'agir ! J'ai acheté des livres sur le sujet et des livres de recettes histoire de trouver des repères... Si tu as des bons plans de restaurants végé sur Nantes je suis preneuse ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Félicitations ! Tu verras, ça devient vite un vrai bonheur, et les possibilités sont illimitées, contrairement à ce que l'on pourrait penser !
      Malheureusement, niveau resto végé, on n'est vraiment pas bien servis par ici... :/ A part Little Wokyo qui propose des livraisons de Wok chouettes, j'avoue ne pas avoir d'idées qui me viennent en tête pour le moment ! Mais j'hésiterai pas à faire un article si j'arrive à choper plusieurs bonnes adresses :)

      Supprimer
  6. BRAVO!
    Je ne suis pas végétarienne mais je pense qu'un jour j'arriverai à le devenir!
    bon en attendant je mange peu de viande (une ou deux fois par semaine grand max)

    Mathilde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'important, c'est vraiment d'écouter ses limites et son propre rythme. Le but n'est pas de se faire violence mais de s'écouter :)

      Supprimer
  7. Ton article est très bien écrit. Depuis quelques temps, je dirais un an, un an et demi, je cherche à diversifier mon alimentation; je mange régulièrement du tofu, du seitan, des proteines animales...
    J'ai même goûté aux fromages et charcuteries végétaliennes. Bref, je cherche à m'ouvrir a un nouveau mode d'alimentation. Actuellement, je ne pourrais pas arrêter de manger de la viande, je ne m'en sens pas capable, déjà, et vivant chez mes parents, ça risque d'être compliqué.
    Mais je me demande souvent, pourquoi arrêter de manger de la viande, si l'on considère que l'être humain est omnivore (c'est un tout autre débat), on pourrait, par exemple, acheter un poulet chez un fermier, qui aura été élevé en plein air, et traité correctement. (idem pour les oeufs, par exemple). Bref, je me pose beaucoup de questions là dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dit précédemment, je pense que l'idéal est d'écouter ses limites et son propre rythme :)
      Et oui, je trouve l'idée de manger "éthique" même si ça inclut de la viande, est tout à fait censé (si, comme tu dis, on considère que l'humain est omnivore...). Le réel soucis, selon moi, est surtout la surconsommation et tout ce qu'elle engendre...

      Supprimer
  8. Je crois que tu as dites bcp de choses essentielles. J'ai été strictement végétarienne pendant 2 ans lorsque je vivais en Angleterre et c'était tellement facile car il y avait plein de substituts dans le marché et surtout tu pouvais sans problème sortir manger au resto et te faire plaisir, sans avoir à te rabattre sur une pauvre salade...parce que comme tu le dis si bien, les veggie, on mange pas que de la salade. A mon retour en France les choses se sont vraiment compliquées entre la difficulté pour trouver des trucs à manger + l'attitude des gens à qui je disais que je ne mangeais pas de viande (bcp de monde semblait dire que c'était pas facile de m'avoir à table). Puis la vie a continué son cours et je vis maintenant avec un mec qui aime son steak, et avec deux petits elfes. Quand j'ai dit dernièrement autour de moi qu'on n'achèterait plus de viande et que je n'en cuisinerai plus (ou très rarement), on m'a regardé de travers et on m'a posé mille questions. Parce qu'il fallait que je justifie mon choix, les omnivores n'ayant pas à justifier les leurs. Alors ma famille n'est pas végétarienne. On est plutôt flex. Càd que 1. je n'impose pas mon végétarisme à mon mec ni à mes enfants. Je trouve que c'est un choix perso. Donc les ptiots mangent de tout à la crèche, chez Papi et Mami, leur père aussi, sauf qu'à la maison, on se nourrit de protéines végétales et de céréales en tout genre. Et quand on s'inquiète de ma santé ou de celles de mes enfants, je suis 100% positive quand je réponds que mes enfants seront en meilleure santé sans manger de l'animal nourri avec je-ne-sais-quoi et blindé d'antibio. Et pour prouver à ma famille que non je ne suis pas carencée, j'avais fait une prise de sang et tout était très bon, même mon fer était au taquet. Alors oui il y a de l'évolution dans les mentalités je pense, mais y a encore un long chemin à faire. Et quant à devenir végétalienne...je n'y arriverai pas, pas pour l'instant. Mais comme tu dis, je pense qu'il vaut mieux faire un peu d'effort que pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ce genre de témoignages. Rien ne semble être fait sous la contrainte, et surtout tu as la preuve irréfutable que le végétarisme n'est pas mauvais pour la santé : le résultat de tes analyses. :)
      Merci :)

      Supprimer
  9. Végétarienne depuis 3 ans je suis bien contente de voir ce genre d'article qui permet d'expliquer simplement le pourquoi et le comment, vu que moi c'est par internet que j'ai commencé à m'interroger sur la consommation d'animaux... donc ça peut en faire réfléchir quelques uns :)
    Je rajouterais comme motivation la volonté de ne pas aggraver les inégalités entre pays pauvres et pays riches face à l'alimentation, parce que manger de la viande est vraiment un luxe et (ça va de paire avec l'écologie) accentue les problèmes de soif dans le monde, et de manque de nourriture dans certains pays (au lieu de donner des céréales à manger au bétail, autant se nourrir direct de céréales et on nourrit plus de gens, hop)

    RépondreSupprimer
  10. Très juste ton article !
    J'essaie de passer végétarienne aussi (et j'ai dur ... Disons que mon corps réclame de la viande au bout de trois jours sans :( )... Donc je ne suis pas certaine d'y arriver entièrement...
    Mais mon but pour l'instant c'est d'arriver à réduire ma consommation de viande. ça sera déjà très bien.

    RépondreSupprimer
  11. Je n'avais même pas vu cet article sur ton blog !
    Je suis assez d'accord avec tout ce que tu dis (même très d'accord en fait ^^).
    Après comme toujours il y aura des gens pour mieux l'accepter que d'autres. Si déjà, sans qu'ils deviennent végétariens, les omnivores réalisaient un peu ce qu'ils consomment en viande et réduisent cette consommation (mes beaux parents mangent de la viande à tous les repas, et son persuadés je ne sais comment de n'en manger que 3 fois dans la semaine. Un mystère) à quelque chose de plus raisonnable ça serait un énorme pas écologique, économique et sanitaire.
    Je me lance pas vraiment dans des conversations autour de ça donc j'évite la plupart du temps de me prendre des clichés dans la figure, et quand ça commence j'ai rarement envie de répondre à des gens qui souvent ne sont pas prêts à entendre les vérités autour de la viande. Par contre les rares fois où on me parle de carences, j'ai mes petits arguments qui mouchent bien facilement les gens (moi qui varie beaucoup mes repas, je suis certainement moins carencée que les omnis qui mangent toujours pareil !); Ceci dit globalement ça a été assez bien accepté, il y a juste des gens qui ont plus de mal à imprimer que oui oui je mange des légumes aux repas & qu'il faut m'en faire plus qu'une macro portion ^^

    Un petit truc m'a mis la puce à l'oreille dans ton article, tes maux de ventre. Tu as pensé à regarder du côté de ta consommation de gluten (pain, pates, pate à pizza etc) ? Car moi dès que j'abuse un peu j'ai de gros maux de ventre et mon acupuncteur m'a dit que souvent les végétariens deviennent plus sensible & ont plus de difficultés à le digérer !

    RépondreSupprimer
  12. Cet article est très bien mené, et je suis contente que tu mentionne l'impact écologique de la consommation de viande, qui n'a fait que me conforter dans mes choix lorsque je m'en suis aperçu..

    RépondreSupprimer

Merci pour ce petit mot !

Like us on Facebook

Instagram