Un détour.

12/02/2013

 

Il y a des endroits auxquels j'ai beaucoup de mal à me refuser. Des endroits où j'apprécie vraiment me rendre lorsque je passe devant. Et les cimetières en font partie (avec les églises/les petites boutiques/les pâtisseries/les friches/les parcs/la plage etc, mais c'est encore une autre histoire...). J'aime autant le décor, que l'histoire que l'on est libre de s'imaginer au détour de chaque sépulture, que l'ambiance si particulière qui s'en dégage. Vous savez, cet état d'esprit dans lequel vous plongez une fois la porte d'un cimetière passée ? 
Rassurez vous, je n'suis pas attirée par le côté glauque qu'on leur connait. J'ai même une préférence pour les visites ensoleillées, figurez vous. 
Parfois, j'y suis un peu voyeuse, je laisse trainer un oeil sur une date, une photo, un nom, ou alors je replace une gerbe de fleur emportée par une bourrasque. 
Tout ça pour dire qu'en ce joli dimanche et en rentrant d'un super vide grenier de jouets (merci à la personne qui m'en a parlé !) dont je vous montrerai les trouvailles plus tard, nous sommes tombés sur... un cimetière ! Et comme je le disais, je n'ai pas pu m'empêcher d'y entrer. Surtout que pour une fois, j'avais sorti mon appareil ! 
Voici donc ma vision de ces petits endroits débordants d'intimité...








Un chat s'est glissé dans cette sélection de photos. Saurez vous le trouver ?


Et vous, des endroits auxquels vous ne pouvez pas résister ? 

You Might Also Like

2 commentaires

  1. J'ai pas l'habitude de me promener dans les cimetières mais tes photos de fleurs sont vraiment jolies!!

    RépondreSupprimer
  2. C'est drôle.. Je suis aussi attirée par ces endroits, depuis toujours me semble-t-il. Petite déjà, j'allais avec ma soeur passer des après-midi dans le cimetière voisin du petit chalet de montagne chez mes grands-parents. Nous y nettoyions les tombes et ramassions les fleurs, persuadées de faire là une excellente action, et de "faire plaisir aux morts".
    Peut-être est-ce par nostalgie que j'y retourne aujourd'hui systématiquement, je ne sais pas. J'aime ce silence, cette atmosphère de recueillement. Je m'y sens en paix, paradoxalement sereine, et, comme tu le dis si bien, libre de m'inventer autant d'histoire qu'il y a de tombes.
    C'était un plaisir de te lire.

    RépondreSupprimer

Merci pour ce petit mot !

Like us on Facebook

Instagram